Reflexio

dimanche 8 mars 2009

À qui profite l’HADOPI?

Filed under: Polémique,Reflexion — ginklpios @ 1:43
Tags:

Grosse question! J’ai mené une petite enquête et voila ce qui en ressort:

Mélangez:

  • la video du chat organisé par 01Net entre J. Zimmermann et Olivier Henrard, conseiller juridique du ministère de la Culture qui nous dit texto que non, le projet de loi « Création et Internet » n’est pas là pour faire gagner plus d’argent aux Majors ou défendre les indépendants
  • La réflexion d’un internaute (Dalai-Lama, sur ecrans.fr (message #32, que je reporte également en fin d’article) qui nous dit, chiffres d’affaire de la SACEM à l’appui que le « piratage » profite bien aux artistes en France, (fait souligné par un certain nombre d’études scientifiques à l’étranger).
  • La tribune de Luc Besson sur lemonde.fr (un grand moment du web)

Et vous obtenez ceci: le projet « Création et Internet » n’est qu’une vaste mascarade consistant à stigmatiser toute une génération pour le seul plaisir de Luc besson.

Bon, en fait, j’en oublie quelques-uns (en fait, parce que je n’avais pas d’article sous la main qui souligne leur rôle dans cette drôlerie): les éditeurs de logiciels « mouchards » puisque le moyen officiel de garantie de ne pas se voir affliger d’une sanction par l’HADOPI sera d’acheter un logiciel privatif à un éditeur, logiciel qui se chargera de surveiller votre activité sur votre PC (et sans doute d’envoyer toutes ces infos à l’éditeur, ce sera écrit au beau milieu de « la licence que personne ne lit »). Bref, pour eux, HADOPI = jackpot puisque cela va leur ouvrir un nouveau marché à abonnement pour récupérer des données qu’ils pourront revendre à d’autres entreprises sur nos habitudes de surf, de téléchargement, de consommation culturelle, etc…. Ils auront le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière.

En conclusion, nous avons:

Internaute/Consommateur : -2 vs Artistes/Majors : -1 vs Luc Besson 🙂 vs Éditeurs de logiciels mouchards : 3.

« Éditeurs de logiciels mouchards » déclarés vainqueurs par K.O.

Ginklpios, élémentaire, mon cher DrWaston.


Chose promise, chose due: la copie du message sur le chiffre d’affaire de la SACEM:

lolotux a écrit:

Je tiens toujours à disposition les chiffres de la SACEM :
http://www.system-linux.net/SACEM/

Les chiffres sources :
http://www.sacem.fr/portailSacem/jsp/ep … p;offset=0

Merci pour ces liens, je me suis amusé a faire des calculs, en partant de 2000 jusqu’à 2007 (puisqu’avant on est en Francs et que j’ai la flemme de convertir en Euro).

En sachant que de 2000 à 2007 il y a eu une inflation de 13% (si je dis pas de bêtises).

Total des revenus de la SACEM :
2000 => 596 424 000€ (674 000 000€ en tenant compte de l’inflation)
2007 => 759 107 000€

Ce qui nous donne hors inflation une augmentation de 27%, et avec inflation de 12%.

Maintenant, si on regarde plus prêt d’où provient cet argent (les € en 2000 sont recalculés avec inflation):

Télé Public 2000 : 61 878 800€
Télé Public 2007 : 56 726 000€ => -9%

Télé Privé 2000 : 126 561 130€
Télé Privé 2007 : 145 443 000€ => +15%

Radio 2000 : 42 730 950€
Radio 2007 : 54 995 000€ => +28%

——————————————————————

Droit Phono, vidéo et multimédia 2000 : 126 895 610€
Droit Phono, vidéo et multimédia 2007 : 119 200 000€ => -6%

Copie Privé 2000 : 20 401 020€
Copie Privé 2007 : 51 511 000€ => +152%

Multimédia, téléchargement et Internet 2000 : 0€
Multimédia, téléchargement et Internet 2007 : 6 094 000€ => ?

Total pour CD, DVD, Multimédia , Téléchargements , et Internet
2000 : 147 296 630€
2007 : 176 805 000€ => +20%

——————————————————————-

SPECTACLES AVEC MUSIQUE VIVANTE OU ENREGISTREE :
2000 : 107 869 800€
2007 : 135 943 000€ => +26%

Cinema 2000 : 13 930 640€
Cinema 2007 : 15 769 000€ => +13%

LIEUX PUBLICS SONORISES 2000 : 78 493 190€
LIEUX PUBLICS SONORISES 2007 : 102 561 000€ => +30%

ETRANGER 2000 : 95 197 980€
ETRANGER 2007 : 70 865 000€ => -34%

——————————————————————–

Que peut-on constater de ces chiffres ?

Tout d’abord et c’est flagrant, la SACEM gagne plus d’argent depuis 7ans (même en tenant compte de l’inflation), ce qui veut dire que les auteurs touchent donc plus d’argent.

Ensuite concernant les baisses, celle de la télévision publique peut-être expliquée par l’augmentation de l’offre des télés privées (TNT / cable / Satellite) et donc une augmentation des droit perçu pour celles ci qui compense largement (+7% sur l’ensemble public + privé).

Par contre il y a effectivement une baisse sur les phono, vidéo et multimédia, donc une baisse des ventes de CD / DVD & Co (d’après ce que j’ai compris, c’est une somme prise sur les ventes de CD & Co, si c’est pas le cas merci de m’expliquer smile ).
Sauf que cette baisse de 7% est quasiment compensée par la nouveauté des offres multimédia / Internet, et ensuite littéralement explosée par la perception de la taxe copie privé qui elle augmente de +152%.
[Je reviendrais sur ce point à la fin du message]

La dernière baisse et la plus flagrante (-34%) est celle de l’étranger, que je ne peux pas expliquer, j’avoue ne pas y connaitre grand chose, si quelqu’un a une idée ?

Il n’y a pas d’autre baisse.

Concernant les hausses flagrante et intéressante, on peut noter une augmentation considérable de la taxe copie privée. Mais surtout forte augmentation sur les spectacles, le cinéma, la radio et les lieux publics.

Que peut-on en conclure ?

Au vu du fait que les années 2000 – 2007 on vu un essor grandissant du piratage, on pourrait au premier abord penser que ce piratage a freiné les ventes de CD & DVD et a été ainsi énormément néfaste à l’économie culturelle.
Sauf que dans le même temps, l’offre légal de téléchargement sur Internet c’est étoffée et a quasiment compensé ces pertes, ce qui est un transfert très simple de support de la musique (au même titre que la K7 vers le DVD).

Les gens ont eu énormément plus besoin de stocker les choses puisqu’ils piratent de plus en plus et donc de payer la taxe copie privée.
Ce qui au final revient à dire, que plus les gens piratent, plus les auteurs gagnent d’argent.

Et dernière conclusion, puisque le support dématérialisé n’apporte que la musique ou la vidéo, les gens cherchent de plus en plus à se rapprocher des artistes et a partager en public ces émotions. Et donc, vont de plus en plus dans les concerts ou au cinéma.

Non seulement le piratage favorise la culture (échange de biens cultures rapide et sur une population énorme), favorise le revenu des artistes (de part la taxe sur la copie privé qui pour le coût devrait plutôt être perçue comme une taxe pour rétribution des auteurs), et favorise les contacts le plus direct avec les artistes et les autres publics (cinéma et concerts).

Publicités

samedi 7 mars 2009

Prenez-nous pour des cons, prenez-nous pour des pirates!

Filed under: Polémique,Reflexion — ginklpios @ 16:59
Tags:

Tandis que sur la toile, la polémique autour du projet de loi « Création et internet » enfle de jours en jours, je manque de plus en plus régulièrement de m’étouffer devant certaines allégations…

Je ne prends pas la peine de vous rappeler le contexte en détails: un projet de loi anti-constitutionnel, tout à fait irréalisable sur le plan technique (et encore, c’est un euphémisme) et pourtant soutenu mordicus par une grande partie de la droite et quasiment ignoré par la gauche (qui a surement d’autres chats à fouetter que la liberté du peuple). Ah oui, j’oubliais: l’apathie exceptionnelle des médias mainstream qui ignorent littéralement la polémique.

Le projet de loi ignore la présomption d’innocence, puisque ce sera à vous de prouver votre innocence et non pas à l’HADOPI de prouver votre culpabilité; mais de toute façon, rappelons-le, l’HADOPI sera une instance ADMINISTRATIVE, et non JUDICIAIRE, habilitée à infliger des sanctions PÉNALE, alors, quitte à être anti-constitutionnel, soyons-le jusqu’au bout…

Mais, allons voir ce qui m’horripile autant: extraits d’une news Yahoo (ou comment cette députée nous prend pour des cons), je cite et commente:

  • « Une députée : « je trouve le texte parfaitement équilibré »
    Bon déjà elle commence très bien: elle met sur le même plan se faire couper Internet qui pour beaucoup signifie : pas de téléphone ni de télé, pas de possibilité de mettre à jour ses propres sites web (blogs par exemple), la restriction de l’accès à la culture (wikipedia et un nombre incalculable de sites d’informations), de l’accès aux réseaux sociaux, pas de possibilité du télétravail, pas d’accès à un grand nombre de télé-services de l’état (payer ses impôts, ameli.fr (le site de la sécurité sociale)). Cela signifie aussi, pas de mise à jour de son système d’exploitation, difficilement de nouveaux logiciels (et encore moins de support) avec le téléchargement et le partage d’œuvres culturelles. Je rêve.
  • « mais le débat sur ce texte va être un débat de communication. C’est celui qui va gagner la communication sur ce texte qui va l’emporter vis-à-vis de la population »
    Pour elle, pas de débats sur le fond, c’est un débat de communication, purement sur la forme. Ah oui, bravo, quand il n’y a AUCUN argument valable sur le fond, mieux vaut porter le débat sur la forme, ça c’est futé.
  •  » On va nous accuser d’être liberticide, que de toute façon, on est la droite, on est liberticide. »
    Alors là c’est du grand art: d’une part, elle pose les députés de droite en VICTIMES d’un procès morale par le peuple, mais d’autre part, elle prend le peuple, nous, pour des CONS! Pour des gens qui balancent des mots aussi chargés de sens que l’est le mot « liberticide » à tous bouts de champs, sans autre raison que parce que ce sont des députés de droite! Mais non madame! NON, nous n’employons pas le mot liberticide à la légère! Nous employons ce mot parce que ce projet de loi EST liberticide!
  • « Il faut bien voir dans l’ensemble du lobby que l’on reçoit, nos collègues reçoivent énormément de courriers via internet qui nous enjoignent à ne pas entrer dans processus ! »
    Bien, madame et pourquoi donc en faites-vous si peu de cas? Pourquoi semblez-vous ignorer tous les défauts de ce projet de loi? Avez-vous seulement lu ces mails?
  • « Il faut inverser la charge de la preuve : la liberté c’est le respect de la propriété intellectuelle, il faut rentrer dans ce langage inversé là, car les arguments techniques ne seront jamais relayés ». »
    Alors là, déjà, je ne comprends même pas la fin de la phrase: qu’est-ce que vient faire le mot « car » à ce niveau? Doit-on comprendre qu’il leur faut monter que « la liberté c’est le respect de la propriété intellectuelle » car, les arguments techniques (ceux qui disent que le projet de loi est tout-à-fait inapplicable?) ne seront pas relayés par les média?
    Mais passons: cette députée nous dis que « la liberté c’est le respect de la propriété intellectuelle ». Alors là madame, permettez-moi de vous dire que vous touchez le fond du problème. La société change, la propriété intellectuelle telle qu’elle est décrite dans le droit français d’aujourd’hui est devenue totalement inadaptée à la société d’aujourd’hui. Ce qu’il faut dès à présent faire, c’est commencer à réfléchir sur la réforme de la propriété intellectuelle, non dans le sens pris ces derniers temps (le rallongement des droits d’auteur jusqu’à presque 100 ans pour certaines œuvres) mais pour l’adapter à la société contemporaine!

J’aimerais bien savoir de qui sont ces paroles afin qu’elle puisse se défendre.

Mais de toute façon, tout est pour ainsi dire joué d’avance en ce qui concerne le vote des députés car de l’aveu même de certains acteurs de la polémique, celle-ci n’a jamais franchi les limites d’internet (quelle incidence du black-out du net sur Mme Michu?), les média mainstream ne se sont jamais réellement emparés du sujet et comme on vient de le voir, les députés sont totalement sourds à nos appels.

Le projet de loi va donc être bien voté. Et l’HADOPI d’être créée afin de commencer sa besogne.

Mais ensuite?

Ensuite, cela va dépendre de l’Europe. De nombreuses voix se sont déjà élevées au niveau européen pour dénoncer l’anti-constitutionnalité du projet de loi. Ainsi, une fois votée la loi pourra vraisemblablement faire l’objet d’un rappel à l’ordre de la France par l’Europe. N’étant pas juriste, j’ignore totalement comment cela se passe et quel est le pouvoir de l’Europe sur la France. Mais cela pourrait bien compromettre la survie de l’HADOPI.

En revanche, ce qui est tout à fait probable, ce sont les conséquences au niveau des français:

  • les « vrais pirates » vont utiliser les moyens de partage cryptés et autres méthodes pour contourner le filtrage
  • ils vont également multiplier les faux-positifs des systèmes de détection en répandant des fausses adresses IP (par exemple au niveau des trackers BT), comme les systèmes de détection ne vérifie pas l’effectivité du téléchargement, ce sont des milliers « d’innocents » qui vont recevoir les missives électroniques de l’HADOPI. Vous souvenez-vous des exemples incongrus des erreurs des radars automatiques? Multipliez cela par 100 ou 1000 et vous obtiendrez à peu près ce que l’HADOPI va provoquer. Mme Michu va alors prendre conscience du problème!
  • Pour une partie de la population, la rupture avec le monde politique est déjà consommée. Traiter les gens comme des cons et des pirates ne va faire qu’accentuer ce phénomène, surtout au niveau des jeunes électeurs.
  • L’image de l’industrie musicale, déjà entachée va prendre un coup supplémentaire, un certain nombre d’artistes vont être décrédibilisés pour leur soutient à cet initiative d’un autre âge.
  • Le « piratage », va être vu par tous les jeunes comme un acte de rébellion contre la société, les incitant encore plus à « pirater ».
  • Le partage de contenu « en face-à-face », via le prêt de disques-durs ou clé USB va se répandre; partage qui lui, est totalement incontrôlable.

Toute une génération va donc se placer en « porte-à-faux » par rapport à l’État et à l’industrie musicale. Ce ne sera bon pour personne. Cependant, cela pourrait vraisemblablement favoriser l’avènement d’une rupture brutale, seule façon connue par laquelle les français savent évoluer (Révolutions? Algérie? Mai 68?) à comparer à la méthode bien plus douce et progressive des anglo-saxons et qui verrait la mise en place d’un gouvernement nouveau (et muni des nouvelles valeurs de la société) et d’un paysage culturel et musical renouvelé.

Ginklpios, exaspéré par la façon française d’évoluer et le retard chronique français sur le monde anglo-saxon.

jeudi 5 mars 2009

Black-out du Net en France… HADOPI

Filed under: libre,NTIC,Polémique — ginklpios @ 18:13
Tags:

Bien que je suive cette actualité depuis le début, je n’ai pas revêtu de noir ce blog… en effet, être hébergé directement par wordpress ne laisse pas beaucoup de latitude. Cependant, je me suis enfin décider à agir en écrivant le présent article.

Loi « Création et Internet » (ne devrait-on pas dire: « Majors et Minitel 2.0 »???), aussi surnommée HADOPI, de l’acronyme désignant l’administration ainsi créée pour nous couper Internet, j’en ai déjà pas mal parlé ici. Vous pouvez rechercher les vieux articles qui en parlent ou directement aller sur le site la quadrature du net qui a lancé l’appel au black-out et maintient une vieille attentive sur le sujet.

Allé, si, je vous donne un lien vers un de mes billets précédents qui a pour avantage de vous guider vers un résumé et/ou une perspective globale de la situation, mais qui date un peu.

Et vive la France…

Ginklpios.

mercredi 11 février 2009

Faut qu’ça buzz => Votez pour (ou contre) la loi Hadopi

Filed under: Polémique — ginklpios @ 10:10
Tags:

Je relaie un appel pour sensibiliser nos députés sur les enjeux de la loi « Hadopi » qui sera votée au cours du mois de mars.

Pour cela, il suffit d’envoyer à votre député un mail sur le sujet. Un modèle est disponible sur l’article d’origine (sur ReadWriteWeb Fr), ainsi qu’un lien vers un wiki de la quadrature du net qui recense les adresses mail de nos députés.

Pour connaitre votre circonscription et votre député vous pouvez consulter ce moteur de recherche sur le site de l’assemblée nationale.

Ginklpios, qui espère que cette action ait une incidence sur le vote.

jeudi 1 janvier 2009

Rapport Hadopi: l’article ultime.

Filed under: NTIC,Polémique — ginklpios @ 20:57
Tags: ,

J’ai publié pas mal de billets sur le présent blog sur l’Hadopi. Ils tentaient d’expliquer mon point de vue. Ils étaient nourris de tous ce que je pouvais lire sur le sujet. Mais ils étaient subjectifs étant donné que ma flemmingite chronique m’empêche de faire l’effort (pourtant nécessaire) de citer mes sources. (Pour mémoire, ces billets sont: « J’ai honte d’être français« , « J’ai encore honte d’être français« et « J’ai honte d’être français, la nouvelle« .) Mais cet fois-ci, j’ai du matériel solide, un article qui cite ses sources: Rapport Hadopi : le piratage en ligne a détruit 10.000 emplois… fictifs ?.

[ À partir d’ici, je considère que vous avez lu l’article]

Comme vous avez sans doute pu le constater par vous-même, la lecture de l’article est presque marrante tant le Rapport Hadopi est un tissu d’allégations gratuites et injustifiées, une émanation directe des lobbies des industriels de la « culture ». Mais quand on y pense, cela n’a rien de marrant. Parce que ce texte va être ou a été distribué aux députés qu’il va lamentablement influencer afin qu’ils laissent passer ce projet liberticide. Et parce qu’il met en lumière une vérité qu’un certain nombre d’entre nous ne veut pas voir: le but du gouvernement n’est pas de servir l’intérêt des français. Que ce soit consciemment ou pas, avec profit ou pas, Christine Albanel ne sert pas les intérêts de la nation, mais ceux des majors de l’industrie « culturelle ».

Alors bien sur, je généralise quand je parle du gouvernement. L’exemple seul ne prouve rien (seul le contre-exemple le peut). Ce n’est pas parce que sur ce sujet là le gouvernement est corrompu qu’il l’est sur tous les sujets. Le problème c’est que des lobbies défendant les intérêts des industries il y en a pour toutes les industries. Et qu’il n’y a aucune raison de penser que ce que certains lobbies peuvent faire dans un domaine, d’atres lobbies ne peuvent pas le faire dans leur propre domaine. En clair, il n’est pas stupide de penser que la majeure part du gouvernement soit à la solde d’industriels.

Bref, faut peut-être que j’arrête là ma réflexion. Je ne sais pas pour combien de temps la liberté d’expression va rester à peu près respectée dans ce bon pays qu’est la France. Et je ne voudrais pas faire un mauvais rêve.

Ginklpios, qui va allumer une veilleuse pour ne pas cauchemarder.

jeudi 20 novembre 2008

Le P2P, « l’industrie culturelle » et le gouvernement.

Ce soir, j’ai envie de manifester mon avis sur ce thème très polémique ces derniers temps, au point que les candidats au secrétariat du PS se doivent d’en parler dans leurs motions

L’état des choses: le gouvernement veut faire passer une loi instaurant ce que l’on appelle la riposte graduée: effrayer l’internaute moyen en le menaçant de lui couper son accès à internet s’il continue à télécharger. Deux avertissements, au troisième message, le couperet tombe. Une politique de la peur, qui diabolise le consommateur…

Pour ou contre? Pas mal d’arguments des deux côtés, chiffres et études scientifiques à l’appui. Il se dit un peu tout et n’importe quoi d’ailleurs. Mais mon exposé ne porte même pas là-dessus.

Une alternative? La licence globale: comme la redevance TV: chaque abonné paie une « cotisation », le tout partagé entre les différents acteurs de la culture. Là aussi, pas mal de débats.

Mais je vous avouerais que mon objet ne porte pas non plus sur ce point.

Pour plus de détails, vous n’avez qu’à rechercher « Hadopi » ou « riposte graduée », le net regorge d’avis divers et variés sur le sujet. Sinon, j’ai aussi écrit deux, trois trucs là dessus mais ils sont engagés…

Edit: un dossier complet sur l’hadopi par PCinpact. Incontournable si vous n’avez pas suivi l’intrigue depuis le début!

Mais, entrons dans le vif du sujet. Mon objet, c’est cette société de consommation, et le débat qui règne sur le P2P actuellement ne fait que remonter à la surface les mécanique cachées qui dirigent notre société.

Je vais à n’en point douter paraitre très naïf aux plus aguerris d’entre vous, mais je suis jeune et je viens d’ouvrir les yeux. Je m’en excuse par avance.

Pour comprendre un phénomène, il n’y a qu’une seule voie: la découverte de ses principes sous-jacents. En physiques, on appelle cela des lois. Dans le cas présent de notre société de consommation, de notre toute puissante (ou pas) économie de marché, ces principes sous-jacents, ce sont ceux qui animent les organismes. Ici, les protagonistes sont: le gouvernement, les industriels, les lobbys. Pour simplifier, on considèrera que les lobbys ne sont que l’expression des vœux de l’industrie. On a donc deux protagonistes. Ces deux acteurs sont des organisations, i.e. des réunions de personnes. Les principes qui animent ces organisations proviennent de deux origines: les individus qui la composent mais aussi, il ne faut pas l’oublier, l’organisation en elle-même. On ne peut réduire une organisation à la somme de ses composants. Il existe des phénomènes qui émergent des interactions entre les individus au sein de ces organisations. Voila donc le décor planté.

Trivial de constater que ces deux protagonistes, avec leurs centaines d’organisations et leurs milliers d’individus en interaction sont des phénomènes très complexes. Je n’essaierais donc pas d’être exhaustif, même pas un peu, surtout dans les quelques centaines de mots qui vont composer cet article. Mon but sera seulement de mettre en lumière les traits les plus gros, qui a eux seuls me semblent capable d’expliquer certaines des plus grosses tendances.

En effet, nombre de débats se font sur la surface, avec des nombres qui ne veulent rien dire, quand il ne sont pas arbitraires voire même totalement bidouillés. Après tout savoir si « l’industrie culturelle » est en faillite ou pas n’a pas vraiment d’intérêt à part pour les actionnaires. Ce qui est intéressant, ce n’est pas l’information qu’on nous livre par les prismes tous plus déformants des différents medias sources ou même des lobbys; non, ce qui est intéressant, c’est d’essayer de tirer de tout cet intox, de toute cette « junk-information » (pardonnez-moi ce néologisme, mais il a l’intérêt d’être clair), les motivations sous-jacentes des différents acteurs.

C’est donc à partir d’ici, lecteur, que je m’engage réellement, que je te livre mon avis sur tout ça.

Tout d’abord, les industriels (et donc les lobbys des industriels): ce qui leur importe, ce sont les chiffres qui seront imprimés sur leurs fiches de paie des mois prochains, donc par extension le bénéfice de leur entreprise. Certains de ces individus sont surement remplis de bons sentiments, cependant, au niveau de l’organisation, il n’en subsiste plus qu’un: l’appât du gain. Or, leur fond de commerce, c’est la vente de supports (matériels) avec de la culture dessus. Sauf que ces gens là on loupé la révolution de l’informatique (c’est pourtant pas un secret…). Ils n’ont pas remarqué que l’informatique permet de manipuler très aisément et rapidement l’information. Or, la culture c’est quoi? De l’information avec une valeur ajoutée: de l’information culturelle. Mais ça reste de l’information. A partir de là, ça reste aisément manipulable par l’informatique. Et c’est là que le bât blesse. Le fond de commerce de ces gens là repose bien sur le support, pas sur l’information. Comme l’eau minérale. On ne vous vend pas l’eau, bien commun à tous les français en France; on vous vend une bouteille, un package, un service. Que l’eau minérale se mette à couler au robinet et s’en est fini de l’industrie de l’eau minérale. C’est exactement ce qui est en train de se dérouler pour « l’industrie culturelle ». Certes, c’est elle qui produit « l’eau minérale », mais leur business model qui reposait sur la vente de bouteilles se fait couper l’herbe sous le pied par les toutes nouvelles canalisations (internet et le P2P). Et ces cons là, ben soit ils l’ont pas vue cette révolution, soit il faut croire qu’ils partagent un bon paquet de gènes avec les Autruches

Du coup, réaction primitive: on protège ce qu’on a. On cherche par tous les moyens à protéger son fond de commerce. Voila ce que fait en ce moment « l’industrie culturelle » toute entière: sauver les bouteilles, parce que s’ils n’en vendent plus, étant donné qu’ils ne sont pas foutus de s’adapter, ils vont disparaitre. Mais là où c’est pas cool, c’est qu’au niveau de telles organisations, il n’y a que l’appât du gain, pas de souci de morale. Je dis pas que c’est une mafia; mais avec de tels intérêts financiers, il y a forcément des opérations troubles qui se cachent derrière les agissements publics. Des accords financiers plus ou moins officiels, de la corruption plus ou moins visible envers les détenteurs du pouvoir. Et ici, le pouvoir, c’est le gouvernement.

Voila donc le décor: de nouvelles canalisations, des industriels qui veulent vendre des bouteilles et un gouvernement qui peut agir sur les canalisations. Et cela donne quoi? Vous l’avez dans le mil: la riposte graduée, le projet Hadopi etc…

Maintenant, étudions cet acteur qu’est le gouvernement: il détient le pouvoir législatif. Il est censé définir un certain nombre de relation entre les éléments de la société: individus et organismes. D’un côté des vendeurs de bouteilles, de l’autre des consommateurs qui, d’un point de vue financier ont plutôt intérêt à se servir au robinet. Le gouvernement doit en théorie rechercher le meilleur compromis entre les deux côtés. Cependant, d’un côté il y a de puissants intérêts financiers qui impliquent de larges organisations et de l’autre, les consommateurs, la foule atomisée, très peu organisée. Les lobbys industriels dotés de moyens puissant appuient fortement sur le détenteur du pouvoir tout en tentant de se faire une bonne image auprès du public. De l’autre côté: quelques citoyens éparses mais conscient des enjeux et quelques organismes (associations par exemples) aux moyens assez faibles.

Voila donc le gouvernement comprimé entre les lobbys industriels et la mission première de l’état qui reste de garantir les libertés de ses citoyens. Et c’est là que ça craint: ce gouvernement semble céder aux pressions des lobbys et n’hésite pas à renoncer aux libertés de ses citoyens. Et je trouve ça vraiment dégueulasse. Au final, si ce gouvernement persiste et signe, ce seront bien les industriels, ces entreprises qui ont raté le coche de la révolution informatique qui auront gagné. Ils pourront continuer à survivre quelques temps (l’économie de marché, comme le monde vivant , est impitoyable; le plus adapté survit surtout quand la pression de sélection est importante… comme en ces temps de crise) , mais à quel prix? Au prix du sacrifice de certaines libertés des citoyens français!

Cependant, rassurons-nous. Ils auront gagné une victoire mais pas la guerre. Car ils sous-estiment largement la flexibilité du réseau des canalisations. Leur politique de la menace, de la peur ne pourra contraindre l’extraordinaire force de ce que l’on nomme l’internet. Les robinets ne sont pas prêts de s’arrêter de couler!

Voila. J’espère ne pas vous avoir ennuyé avec des banalités. Mais je suis jeune et révolté.

Ginklpios, qui boit son eau au robinet.

dimanche 8 juin 2008

J’ai encore honte d’être français…

Filed under: Polémique — ginklpios @ 1:36
Tags: , ,

J’écrivais récemment ma honte à la vue des actions menées par notre cher gouvernement.

Eh bien cela continue! Et ça à l’air de s’améliorer en plus! PC Inpact nous livrait récemment un projet de charte avec les FAI qui vise à court-circuiter la justice afin que certaines autorités puissent punir directement ceux qu’ils jugent coupables d’une infraction au droit d’auteur. Par certaines autorités, on comprendra celles qui sont aux bottes des surpuissant lobbies « culturels »… Bref, le gouvernement semble prêt à diminuer nos libertés pour faire grossir le droit d’auteur. Au profit de qui? Des auteurs? Laissez-moi rire… Qui à votre avis défend les droits des auteurs? Je vous le donne dans le mil: les maisons d’édition grâce à leur cohortes d’avocats surentrainés. Du coup, ces maisons s’approprient une bonne partie de ce droit d’auteur et en profitent pour s’en mettre plein les poches…

Heureusement, il y a encore quelques personnes honnêtes et assez solides pour résister à la corruption ou la pression:

  • Guy Bono, eurodéputé à l’origine de la résolution de la commission européenne qui jugeait liberticide le projet français de la riposte graduée. Petit extrait d’un article du Monde:Depuis, souligne Guy Bono, « on assiste à des attaques tous azimuts des grandes majors du disque qui essayent de faire passer en force leurs propositions liberticides, économiquement infondées et à contresens de l’histoire du numérique ». Dans un communiqué intitulé « 1984 », il estime que « ce qu’Orwell avait prédit est en train de se mettre en place : on veut tout savoir de vous, vous traquer, vous espionner dans vos moindres gestes, et orienter vos comportements. Sauf que le dictateur, derrière tout ça, n’est pas politique : ce sont les grandes multinationales ! » »
  • Le conseil d’état, d’après PC INpact.
  • La CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés), d’après PC INpact.

Je m’interroge donc, ce gouvernement va-t-il continuer à s’embourber, enfoncé par les lobbies « culturels », ou va-t-il se résoudre à entendre l’avis des personnes sensées?

Ginklpios, « Bienvenue chez les Ch’tis lobbies »…

mercredi 28 mai 2008

J’ai honte d’être français.

Filed under: Geek,Polémique — ginklpios @ 17:12
Tags: , , , ,

Jusqu’à il y a peu, j’étais plutôt fier de ma patrie, reconnue internationalement comme une patrie de libertés…

Mais avec l’avènement de la loi DADVSI, la France se fait l’esclave servile d’un lobby industriel tout puissant, celui de l’industrie « des médias ». En effet, la DADVSI donne un cadre juridique propre aux DRM (Digital Rights Managment – Gestion des droits numériques). Ces DRM sont en fait des procédés de cryptage des données intégrés au matériel. Ils ont pour but d’empêcher la lecture (et donc a fortiori, la copie, l’exécution ou la modification) d’une œuvre dans un cadre différent de celui défini par l’éditeur.

Concrètement, les DRM privent les utilisateur d’un certain nombre de leurs droits. Prenons l’exemple d’un fichier musical téléchargé sur une plateforme légale. Imaginons que ce fichier soit « protégé » par un DRM qui l’empêche d’être lu par un autre support que l’ordinateur où il a été téléchargé. Si l’utilisateur désire copier ce fichier sur son baladeur numérique, le fichier sera illisible. L’utilisateur sera obligé d’obtenir une licence supplémentaire! Ce type de DRM (existant réellement, par exemple: la plateforme d’Apple: iTunes qui fournit 7 licences par fichier téléchargé) prive donc l’utilisateur de son droit de copie privée, exception au droit d’auteur français.

Le pays des libertés qui fournit un cadre juridique à un outil suppresseur de libertés!

Mais ça n’est pas suffisant, il faut que ça continue:

L’actualité numérique du début de l’année a été secouée par un scandale: l’intronisation de la norme (toujours pas publiée d’ailleurs) OOXML parmi les standards de l’ISO. OOXML est en effet la (future) norme de Microsoft en ce qui concerne la bureautique (la suite Office). Alors qu’une norme existe déjà en matière de bureautique, la norme OpenDocument, notamment utilisée par la suite OpenOffice.org. Cette standardisation s’est faite dans des conditions particulièrement floues. OOXML est passée de justesse grâce à une abstention de dernière minute du vote français alors que le précédent vote avait été négatif. Les représentants français devaient subir des pressions énormes pour un tel renversement de situation…

Et maintenant… ben ça va continuer:

La « Riposte graduée », projet Albanel ou encore, projet de loi Hadopi (appelez-le comme bon vous semble), qui fait débat actuellement a pour but de lutter contre le téléchargement illégal en obligeant les FAI (Fournisseurs d’Accès à Internet) à suspendre l’abonnement d’un internaute en cas de récidive après deux avertissements. Ce projet de loi, dénoncé par la Commission européenne comme contraire aux droits de l’homme, est défendu uniquement par le France. Encore une fois, il s’agit d’une loi liberticide motivée sans doute par un lobby industriel…

Moi qui pensait encore naïvement que la corruption de l’état français n’était qu’un fait ponctuel ou du moins camouflé…

Ginklpios, un peu dégouté par un gouvernement à la botte des lobbies industriels…

Propulsé par WordPress.com.