Reflexio

mardi 4 novembre 2008

Les structures arborescentes.

Filed under: Reflexion — ginklpios @ 22:03
Tags: , ,

L’Homme a mis des millions d’années à sortir de sa caverne avec « des outils à la main » pour construire un environnement structuré ; il fit des routes, voies de communication, donnant naissance à de nouveaux « lieux de vie » que l’on nomma villes, villages, lieux-dits… Ces « Forums » furent structurés en « sous-lieux » d’échanges à travers la notion de Mairie, Librairie, Boulangerie, Boucherie, etc. À l’intérieur des bâtiments, l’homme créa la « science du bien vivre et de l’agencement » autour de l’architecture !… et il créa des objets arborescents pour structurer l’espace collectif et physique : la maison, l’étage, la cloison, la porte, l’armoire, l’étagère, le classeur, l’intercalaire, et la feuille de papier !

Cet extrait provient d’un billet d’Olivier Benoit, publié sur les-infostrateges.com sous licence Creative Commons.

J’ai été littéralement frappé par cette expression:  » il créa des objets arborescents « . Je n’avais tout bonnement jamais perçu l’espace qui nous entoure comme une structure arborescente alors qu’il en a toutes les caractéristiques, comme les répertoires d’un disque dur, comme notre système respiratoire, comme les branchies des poissons ou encore, tout simplement, comme les branches d’un arbre.

Et pour cause. Tous ces systèmes ont en commun d’être structurés pour la circulation. Dans le cas des villes et des maisons, ce sont nous et nos objets qui circulons; au niveau des systèmes biologiques, ce sont le gaz, le sang ou la sève. Et dans le cas des disques durs? Et bien cette arborescence permet de « cheminer » vers les données. Tous ces systèmes ont aussi en commun leur spatialité. C’est trivial pour les villes et les systèmes biologiques. Mais c’est aussi vrai pour un disque dur. Les dossiers sont imbriqués les uns dans les autres. (Si on oublie les raccourcis,) un fichier se trouve dans un dossier précis et pas dans le dossier d’à côté. Si on veut déplacer un fichier d’un dossier à un autre, en utilisant que l’explorateur de fichier, il faut suivre un chemin bien précis. De la même manière, une table est dans un pièce et pas dans celle d’à côté. Si l’on veut la déplacer dans une autre maison, il faut la sortir dans le couloir puis de la maison, peut-être de la ville etc…

En fait, les systèmes arborescent apparaissent comme la solution pour la circulation structurée d’objets dans l’espace.

Maintenant, si les disques durs sont des espaces structurés en arborescence, que sont donc les raccourcis? On rencontre un phénomène identique, homologue avec les liens hypertextes. En fait, ces liens sont une exploitation des propriétés intéressantes de l’information: facilement accessible, modifiable, copiable. Tandis que notre monde matériel interdit ce genre de téléportation, le monde virtuel nous autorise à nous téléporter de dossiers en dossiers puisque l’accès à l’information est facile. Changer de dossier revient seulement à demander au disque dur de nous fournir les informations contenue dans le dossier cible. Si on cherche une analogie, on pourrait dire qu’un télescope ou un microscope constituent des sortes de raccourcis. Ils permettent de percevoir des informations sur des lieux éloignés. Un télescope serait analogue à un raccourcis vers la « racine » d’un disque tandis qu’un microscope serait un raccourcis vers les « feuilles de l’arborescence ». Cependant, ce sont des outils de mesure limités. Ils ne captent que la lumière et perdent une certaine quantité d’information. Ce sont des raccourcis imparfaits.

Si ce type de structure est si performant, pourquoi diable des centaines de milliers de personnes s’acharnent à stocker de l’information dans des bases de données, ces tableaux tout plats, sans la moindre trace d’une structure arborescente? La réponse se trouve dans l’utilisation de l’information. Que fait-on des données stockées dans une base? on fait des recoupements, des tris, des regroupements afin d’en faire ressortir du sens. Mais ce faisant, on créé des rapprochements différents selon le traitement que l’on inflige à ces données. Tandis que dans le cas des structures arborescentes, ces rapprochements sont statiques, gravés dans l’arborescence elle-même. Dans le monde matériel, la structure arborescente s’impose d’elle-même puisque c’est la proximité spatiale qui va déterminer ces rapprochements. L’arborisation ne fait que cloisonner pour structurer. En revanche, dans le monde virtuel, celui de l’information, il ny’ a pas de cloison, pas de frontière. En fait, la structure arborescente d’un disque dur n’est qu’un artefact créé par les humains pour que les humains s’y retrouvent un peu. En réalité, dans un disque dur, les données d’un même dossier pourraient parfaitement être dispersées aux quatre coins de celui-ci (c’est d’ailleurs plus où moins le cas dans un disque géré par windows…).

Ok, mais où veux-tu en venir, ça nous amène à quoi tout ça?

Ben, en fait, à rien. M’enfin, si un jour vous découvrez un système virtuel arborescent, c’est soit qu’il a été créé pour être manipulé directement par un humain, soit que c’est un système de données à structure statique. Si ce n’est ni l’un ni l’autre alors vous pourrez parier que ce n’est pas une structure adaptée.

Ginklpios qui adorerait se téléporter à volonté… ah si seulement nous étions vraiment dans la matrice!

Publicités

2 commentaires »

  1. A l’heure actuelle l’info peut aussi être stockée sous forme de fichiers XML. L’info est alors rangée de manière arborescente et il est possible de faire des requetes equivalentes aux requetes SQL.
    Mais tout le monde a pris l’habitude des bases de données, alors ce n’est pas utilisé !

    J’ai été surpris de lire ton article car je me suis fait la même remarque cette semaine !

    Eric

    Commentaire par dumond — dimanche 19 avril 2009 @ 23:04 | Réponse

  2. Oui, en effet, je n’ai pas pensé à l’XML en tant qu’ « espace » arborescent de stockage de données.
    Cependant, il me semble que le traitement des données XML est légèrement plus lent que des données de type base de données (SQL par exemple). C’est tout du moins ce que j’ai cru comprendre de la polémique autour de la vitesse de Firefox (écrit en XUL, et donc reposant sur l’XML) qui serait lent en partie à cause ce ça.

    En tous cas, je suis content de voir que je ne suis pas seul à me faire ce genre de remarques aussi inutiles qu’intéressantes!

    Commentaire par ginklpios — samedi 25 avril 2009 @ 22:59 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :