Reflexio

vendredi 5 septembre 2008

Nous sommes des moulins.

Filed under: Reflexion — ginklpios @ 23:12
Tags: , , ,

Salut, ô lecteur!

Alors que je discutait religion avec mon maître de stage, j’ai voulu lui expliquer ma conception de la vie. Etant profondément athée (vraiment athée… même pas légèrement agnostique!) et étant tout aussi profondément imbibé des idées scientifiques, j’ai du chercher une métaphore pour lui expliquer mes idées plutôt abstraites et « ininstinctives » (c’est-à-dire qui ne se laissent pas penser facilement ^^). Et la métaphore qui est sortie est celle du titre: « Nous sommes des moulins. »!

Pensant cette métaphore apte à répandre facilement mes conceptions, je me suis dit: « Pourquoi ne pas écrire un billet sur mon blog? ». Et pis voilà donc le résultat!

Bon, allé, j’entre dans le vif du sujet:

Imaginons une source d’eau en montagne, cette eau descend de la montagne créant une rivière qui se jette dans une mer. Il y a là un flux d’eau entre deux points (source et mer). On peut maintenant imaginer un moulin à eau que l’on placerait sur cette rivière. Ce moulin tire alors de l’énergie du courant d’eau (la métaphore marcherait aussi avec un barrage hydro-électrique, mais ça fait tout de même moins beau!). Donc on a un système (le moulin) qui tire son énergie d’un flux (la rivière) établit entre 2 points d’énergie différente: en effet, d’après les lois de la physique, chaque point de l’espace possède une « énergie potentielle gravitationnelle » qui pour simplifier dépends sur Terre, de son altitude.

On retrouve cette situation dans de nombreux autres systèmes sur Terre: Une éolienne qui tire son énergie du vent, flux d’air entre une zone de haute pression et une zone de basse pression; une machine à vapeur qui tire son énergie d’un flux de chaleur entre une zone chaude et une zone froide; un moteur électrique qui tire partie d’un flux d’électrons se déplaçant d’une borne – vers une borne +; etc… (en fait, pour être plus précis, chaque système cité ici est un système convertisseur d’énergie: l’éolienne convertit du vent en électricité, la machine à vapeur de la chaleur en mouvement, un moteur électrique de l’électricité en mouvement).

« Bon, ok, mais ça a quoi à voir avec la vie ça? » me direz-vous!

Et bien, c’est tout simplement que tout être vivant est un de ces moulins! Je m’explique: il y a des molécules (sortes d’amas d’atomes liés entre eux) plus ou moins énergétiques (points d’énergies différentes). Les réactions chimiques sont en fait des transferts d’énergie entre des molécules (qui en même temps modifient les composition en atomes des molécules, mais là n’est pas le sujet). Ainsi, une réaction chimique peut être vu comme un flux énegétique entre deux états. A partir de là, il est possible de tirer parti de ce flux pour en extraire de l’énergie. Et c’est exactement ce que font chacunes de nos cellules: pour la plupart, les cellules utilsent du sucre (molécule très énergétique, notamment du glucose) qu’elles métabolisent (c’est-à-dire qu’elles font subir au sucre tout une série de réactions chimiques ayant pour but de lui subtiliser un peu d’énergie) jusqu’à rejeter du dioxyde de carbone (molécule beaucoup moins énegétique).

Nous sommes donc bien des moulins!

Pour être plus précis, nous sommes des systèmes parasites qui détournent une partie de l’énergie qui arrive sur Terre afin de nous reproduire.

Ainsi, ma réponse à la question ô combien métaphysique: « Pourquoi sommes-nous? » est triviale: nous sommes là pour exploiter ce flux. Nous sommes là parce qu’il existe ce flux, parce qu’il est exploitable. Nous sommes parce qu’un jour, un système a réussi à détourner de l’énergie de ce flux et à s’en servir pour se reproduire. Depuis, les générations se succèdent, inventant peu à peu des moyens innovants pour exploiter des flux énergétiques.

Mais, d’où viennent ces flux? Sur Terre, on peut simplifier en négligeant certaines sources mineures et n’en retenir que 3. Et je suis presque sur que ces trois là sont à la source de plus de 99% des flux exploitables actuellement:

  • Premièrement: le Soleil. Cet astre rayonne de l’énergie vers la Terre sous forme de lumière. Cette lumière vient chauffer certaine zones du globe. D’une cette énergie est exploitable presque directement par les plantes (leur astuce étant la chlorpylle, molécule dont le niveau énergétique peut être élevé par exposition à la lumière); mais la chaleur produite permet l’évaporation de l’eau pour former les nuages et la formation de zone atmosphériques à haute pression. Les nuages transportent l’eau vers les montagnes et l’y derversent formant des rivières. Des vents se forment aussi depuis les zones à hautes pression vers les zones à basse pression. etc… Ainsi, l’énergie solaire forme des zones à haute énergie d’où s’écoulent des flux vers les zones à basse énergie.
  • Ensuite il y a l’énergie enfermée dans le centre de la Terre sous forme d’éléments radioactifs (très énergétiques!) Le moulin pour cette énergie prend la forme des centrales nucléaires!
  • Enfin, il y a la Lune, dont l’attraction déplace d’énormes quantités d’eau, formant ce qu’on appelle communément… les marées!

Ces trois phénomènes prennent leur source à la formation du système solaire: l’énergie solaire (contenue dans les molécules de dihydrogène) et les isotopes radioactifs proviennent tout simplement de la nébuleuse en elle-même tandis que l’énergie de la lune provient du mouvement qui à été imprimé au système solaire tout entier à partir de sa naissance par les forces de gravition.

Remarque: on peut percevoir l’atmosphère et l’hydrosphère (toute les eaux libres de la surface de la Terre) comme des concurrents puisqu’eux aussi détourne l’énergie solaire pour leur propre compte!

De même, les carnivores détournent l’énergie des autres carnivores et des herbivores qui eux-mêmes détournent l’énergie du Soleil!

Les êtres vivants constituent donc de véritables empilements de concurrents qui se piquent de l’énergie. On appelle ces empilements, « chaines alimentaires »!

Et là, pour ceux qui s’y connaissent, j’ai relié les sciences physiques aux sciences écologiques!

Pour finir sur une touche philosophique: d’après ma conception de la vie, les êtres vivants n’existent que pour détourner de l’énergie pour leur propre compte, donc en fait, les êtres vivants n’existent que pour vivre!

Voilà donc ma raison de vivre: vivre!

Ensuite, y’a des objectifs secondaires comme se reproduire… puisque la structure des systèmes vivants est nécessairement ouverte, c’est-à-dire qu’il doit y avoir des flux énergétiques de l’extérieur d’un système vivant vers l’intérieur et vice-versa. Or, cette ouverture ouvre la voie à des processus de dégradation de sa structure, de son ordre, de l’information qu’il renferme. Bref, le système doit lutter pour maintenir sa structure et une façon efficace de maintenir le processus de métabolisation, c’est de l’améliorer. Pour cela, une façon efficace est de faire des essais (se reproduire) et puis de laisser sa place lorsqu’on est dépassé (mourir…).

Et pis, y’a des objectifs tertiaires comme se divertir. Le divertissement étant imposé par notre condition humaine…

Bref, tout ça pour dire que je n’ai pas besoin d’un dieu pour m’expliquer ce que je fous là et que je n’ai besoin de personne pour me dire ce que je dois faire 😀

Ginklpios, la liberté c’est cool quand même!

Publicités

2 commentaires »

  1. Tout à fait d’accord sur tout l’article. Pourquoi ne pas utiliser ce qui est utilisable ? Ton article est finalement un dérivé de la loi du moindre effort(expression non péjorative). Seulement, il manque, pour moi, un facteur incontournable à mes yeux : le facteur « hasard » (ou chance, de façon plus populaire). Il y a des énergies exploitables, certes, mais coup de bol qu’on se soit trouvé là, et qu’on est réussi à l’exploiter.
    Au final, quand je prends en compte ça, ma réponse à « Pourquoi on vit ? » est « pppprrrrr » XD

    Commentaire par Rodin Pandarex — vendredi 5 septembre 2008 @ 23:25 | Réponse

  2. Salut, Rodin!

    J’ai volontairement « oublié » le facteur « hasard » puisque ce n’est pas mon sujet ici!
    En effet, j’imagine que tu veux parler du coup de bol que le premier système vivant apparaisse!

    Certes, l’existence d’un flux exploitable ne rend pas nécessaire l’existence d’un type particulier d’exploitant mais elle permet seulement l’existence d’un exploitant. Ce qui est tout à fait compatible avec tout ce que je viens de développer. ^^

    Moi tout ce que je veux dire c’est vivre est une raison en soi. Pas que comme il y a un flux exploitable, alors nous sommes nécessairement!

    Commentaire par ginklpios — samedi 6 septembre 2008 @ 0:01 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :