Reflexio

mardi 29 janvier 2008

Polémique: le clonage.

Pourquoi y’a-t-il donc une polémique autour de ce sujet?

Le clonage: fabrication d’un nouvel individu possédant un génome rigoureusement identique à celui d’un autre individu. Le clonage est naturellement pratiqué par une grande diversité de végétaux (notamment par de nombreux fraisiers, par les pommes de terre, etc…). L’homme se sert depuis longtemps des aptitudes des végétaux à la reproduction asexuée (=clonage) exemple: le bouturage. Le clonage affecte aussi naturellement certains animaux: certaines espèces utilisant la parthénogénèse (reproduction de certaines femelles sans l’aide d’un mâle) peuvent se cloner véritablement. Cela ne concerne que les espèces dont les cellules germinales ne subissent pas de recombinaison. Certaines espèces de reptiles sont parthénogénétiques, mais je ne m’avancerais pas sur le type d’anomalie qui affecte leur reproduction. Enfin, on peut aussi parler du cas des « vrais jumeaux » qui sont en effet des clones.

Le clonage n’est donc pas une invention de l’homme.

Le problème se pose dans notre société où les êtres vivants sont individualisés (aussi bien les humains que leurs animaux domestiques). C’est un problème de nature éthique. En effet, les méthodes de clonage animal reposent sur le transfert d’un noyau d’une cellule somatique (du corps) vers un ovocyte (cellule germinale = reproductrice) énucléé. Les difficultés rencontrées par les chercheurs proviennent du fait que les noyaux de nos cellules évoluent avec notre âge.Le noyaux d’un embryon n’a pas les mêmes caractéristiques que le noyau d’un adulte. De plus les manipulations de cellules à cette échelle sont difficiles. Mais si l’opération réussit, l’individu qui se développe aura pratiquement les même caractéristique que son « parent » (sachant que le clone hérite tout de même du génome mitochondrial de l’ovocyte donneur) et par là même, les mêmes caractéristiques que les autres individus de son espèce (une vache clonée reste une vache, son lait est un lait normal). Les dernières études concluent sur un risque alimentaire nul pour les êtres vivants clonés. La Food and Drug Administration a récemment donné son aval pour l’élevage de clones pour l’alimentation.

Le problème est donc bien de nature éthique. Et il a même plusieurs origines éthiques:

  • Le clonage animal passe actuellement par l’utilisation d’un ovocyte énucléé. Cet ovocyte aurait eu la capacité de produire un nouvel être vivant, certains assimilent cette énucléation à un meurtre. Cela reste tout même un avis extrême étant donné que la fécondation n’a pas eu lieu. C’est à dire que le gamète mâle n’a pas rencontré le gamète femelle, l’ovocyte n’a que la moitié d’un génome.
  • Comme notre société individualise tous ses êtres vivants, l’apparition de copies est problématique. Quid de l’identité des clones? et de leurs « parents »? Ce problème se pose essentiellement pour les êtres humains et leurs animaux de compagnie qui ont une identité bien définie. Les animaux destinés à la consommation ne sont pas autant individualisés.
    • Cependant, il faut savoir qu’un clone n’est jamais la copie à l’identique de son « parent ». En effet, le développement autant du corps que de l’esprit dépend à la fois du génome et de l’environnement (culturel, social, nutritionnel, sportif, etc…). Deux clones en seront donc pas identiques mais très ressemblants (du moins du point de vue physique, s’ils ont vécu dans le même environnement). On peut penser aux vrais jumeaux. S’il est élevé dans un environnement social sain, un clone artificiel humain devrait pouvoir s’intégrer à la société. Pour les animaux domestiques, le problème serait essentiellement du au fait que leurs maitres attendraient des clones d’être la parfaite copie de leur animal préféré. Or, ce ne sera jamais le cas.
  • Le clonage thérapeutique pose le problème du statut du clone: individu à part entière ou vulgaire boite à pièces de rechange? On a parlé de 2 alternatives:
    • Le clonage thérapeutique utilisé afin d’obtenir des cellules souches prélevées au stade embryonnaire. L’embryon étant ensuite éliminé. Là aussi la question est de définir à partir de quel moment l’être vivant devient individu pour savoir si on peut classer cet acte comme un meurtre ou pas.
    • Le clonage thérapeutique préventif avec croissance parallèle du clone et de son parent. Pour moi, cela tient plutôt de la science fiction. Pourquoi faire croitre un clone pendant des années avec toutes les dépenses que cela implique? De plus, quel sera le statut du clone dans notre société? vulgaire boite à pièces de rechange (ce qui me parait complètement fou: comment dire à quelqu’un: « si un jour ton « parent » a un accident, nous viendrons prendre tes organes afin de le guérir ») ou vrai jumeau égal à son parent auquel cas se pose la question de savoir qui est le clone thérapeutique de l’autre.

Les questions qui se posent sont donc:

  • A partir de quel stade un être humain peut-il être considéré comme un individu?
  • Quels sont les droits d’un individu sur son propre génome? Ses parents ont-ils le droit de s’en servir pour produire des cellules à l’extérieur de son corps? Le génome d’un clone lui appartient-il?
  • Le clonage est-il un moyen « normal » de se reproduire?

Ce sont sur ces questions que les penseurs vont devoir se pencher dans un futur proche. En effet, une équipe de recherche à récemment réussi un clonage humain. Ils ont cependant interrompu le développement des embryons qui ne semblaient vraisemblablement pas viables.

Que ce soit clair, cet article est par endroit engagé bien que mon opinion ne se manifeste pas sur chaque problème. Pour finir, je vais vous dire clairement ce que j’en pense:

  • Le clonage à but alimentaire ne me pose pas de problème étant donné qu’il n’est pas dangereux pour la santé et que le problème de l’individualité des animaux ne se pose pas. Je suis donc favorable à l’avis de la Food and Drug Administration aux USA.
  • Le clonage des animaux de compagnie ne me pose pas de problème, il faut juste que les clients soient conscients qu’un clone n’est pas une copie conforme.
  • Le clonage d’êtres humains dans un but non thérapeutique avec insertion dans la société revient à la naissance d’un jumeau, la seule différence étant qu’elle a été voulue et qu’elle peut être différée (qu’il y ait une différence d’âge entre le clone et son « parent »). Cela devrait bouleverser de nouveau la structure familiale, mais il me semble que notre société est capable (ou du moins le sera) de l’accepter.
  • Le clonage d’êtres humains à fin thérapeutique avec croissance parallèle restera de la science fiction d’autant que les travaux sur les cellules souches avancent à grands pas. Les clonages thérapeutiques pour produire des cellules souches seront bientôt inutiles vu les progrès dans la production de cellules souches à partir de cellules somatiques.
  • En ce qui concerne l’éthique par rapport au meurtre que peut constituer l’énucléation d’ovocytes, je pense qu’à ce stade là, on ne peut pas parler d’individu. Il faut au moins que la fécondation ait eu lieu.

Le futur nous dira si mon avis sera partagé par la majorité, mais le fait que les discussions vont devoir commencer tant le besoin d’une législation va se faire ressentir rapidement.

Un dernier aspect avant de vous laisser reprendre une activité normale:

Le clonage d’un individu à son insu. Cet aspect a déjà été travaillé dans certains films. C’est un danger réel tant il est facile de se procurer le génome d’un individu. Cette menace suffira-t-elle à enrailler l’évolution de nos mœurs vers la banalisation du clonage en tant que méthode de reproduction?

Ginklpios, qui sais qu’il est et restera unique même si un jour quelqu’un devait partager son génome avec lui.

Publicités

5 commentaires »

  1. Sincèrement je n’ai pas vraiment les notions scientifiques du clonage, enfin je connais les bases. Mais ce qu’il y’a d’intéressant c’est que le clonage a, comme tu l’as enoncé, plusieurs portées. Celle qui semble la plus polémique puisqu’elle nous concerne, nous êtres humains, directement.

    Le clone « boîte à rechange » selon toi il relève de la science fiction, mais si l’on l’applique à une moindre échelle, c’est à dire à ceux qui se paient déjà les soins de chirurgie esthétique ou des traitements onéreux dans le but de prolonger leur vie; est-ce que ces gens là ne pourront pas se payer un clone d’ici quelques années ? On sait bien que l’illégalité n’est pas vraiment un problème pour certains.

    Puis pareillement au marché noir on pourrait se servir de clones, qu’importe la source génétique du moment qu’elle est « pure » thérapeutiquement parlant, le marché des organes rapporte gros, tellement gros que dans certains pays des gens se font kidnapper puis enlever un rein par exemple ( ou même les deux ). Si aujourd’hui, des gens malentionnés peuvent prendre des vies pour le profit je crois que les questions d’éthiques ne les embarasseront pas pour peu qu’ils trouvent un scientifique peu regardant sur le but de ses recherches.

    Enfin c’est un comportement amusant car se cloner dans le but de vivre plus longtemps est une réaction étrange, car quoi qu’on dise sacrifier une vie humaine est une vie équivalente à la sienne, le reste n’est qu’une question d’Ego. Si ça se trouve il y’a un voyage nettement plus intérressant après la mort, on en sait rien mais c’est un risque à courir je pense. Alors bénéficier des avancées médicales comme des traitements à base de comprimés ou autre perfusion plus tard, je dis pourquoi pas. Mais sacrificer une vie, non pour survivre mais pour vivre c’est déjà ne plus vivre dans le sens ou on vole la vie d’un autre soit-il notre double. Je crois que j’aimerai vivre âgé pour vivre un maximum de choses mais certainement pas à un tel prix.

    Pour les animaux je trouve que le clonage pourrait avoir un rôle infiniment plus important qu’une simple visée de production alimentaire qui est certes importante pour de nombreux pays; mais pourquoi ne pas tenter de cloner des espèces en voie de disparition ? Ainsi on assurerait la pérénité des autres habitants de la terre que l’homme massacre volontairement ou non que ce soit au niveau de la braconnerie, de l’écologie, … Je suis pas un écolo, j’aime pas la mentalité actuelle des gens qui balancent qu’il faut laisser une planète plus propre pour nos petits enfants. Les erreurs de l’humanité s’étalent sur des siècles en terme d’écologie et maintenant c’est à la mode parce qu’on rentre dans une période critique mais la verité c’est que les gens s’en tapent, c’est un effet de mode. Moi je dis mes petits enfants j’m’en fout, ils seront debrouillards, ils deviendront carnivore, auront trois yeux et boufferont ceux qui parlent trop. Moi je dis à bas l’homme et vive les animaux, laissons une planète propre mais pour les animaux, les êtres humains on s’en tape.

    Bref sur ce soupçon d’écologie je concluerai sur un grand bravo pour l’article qui a le mérite d’être clair et pour le moins complet.

    See you next time ! I’ll come back later to see other articles ; )

    Commentaire par Tic Tac — vendredi 14 novembre 2008 @ 23:07 | Réponse

  2. *** »Le clone “boîte à rechange” selon toi il relève de la science fiction, mais si l’on l’applique à une moindre échelle, c’est à dire à ceux qui se paient déjà les soins de chirurgie esthétique ou des traitements onéreux dans le but de prolonger leur vie; est-ce que ces gens là ne pourront pas se payer un clone d’ici quelques années ? On sait bien que l’illégalité n’est pas vraiment un problème pour certains. »

    Le problème financier ne se pose évidemment pas pour certaines personnes. Cependant, ils va y avoir des techniques tout aussi efficaces (cellules souches somatiques), mais plus économique et bien moins compliqués du point de vue éthique. Je doute donc que quiconque s’aventure dans cette voie à part s’il n’y a pas d’autre solution.

    *** »Puis pareillement au marché noir on pourrait se servir de clones, qu’importe la source génétique du moment qu’elle est “pure” thérapeutiquement parlant, le marché des organes rapporte gros, tellement gros que dans certains pays des gens se font kidnapper puis enlever un rein par exemple ( ou même les deux ). Si aujourd’hui, des gens malentionnés peuvent prendre des vies pour le profit je crois que les questions d’éthiques ne les embarasseront pas pour peu qu’ils trouvent un scientifique peu regardant sur le but de ses recherches. »

    Encore une fois, un marché noir n’émerge que s’il existe une voie très rentable bien qu’illégale pour fournir un bien. Or d’autres voies plus économiques et plus rapides seront disponibles. Si marché noir du clonage il doit y avoir, ce sera pour des raisons politiques: on clone un décideur politique, puis on le kidnappe et on le remplace par le clone, pantin de l’organisation.

    *** »Pour les animaux je trouve que le clonage pourrait avoir un rôle infiniment plus important qu’une simple visée de production alimentaire qui est certes importante pour de nombreux pays; mais pourquoi ne pas tenter de cloner des espèces en voie de disparition ? Ainsi on assurerait la pérénité des autres habitants de la terre que l’homme massacre volontairement ou non que ce soit au niveau de la braconnerie, de l’écologie, … »

    Hélas non, on ne pourrait assurer aucune pérennité d’une espèce animale de cette manière. Pour qu’une population animale survive, il lui faut un minimum de diversité génétique. Ainsi, la consanguinité est très dommageable surtout dans une communauté restreinte. Introduire des clones dans une population en danger d’extinction, ce serait sans doute lui porter le coup fatal…

    *** »Je suis pas un écolo, j’aime pas la mentalité actuelle des gens qui balancent qu’il faut laisser une planète plus propre pour nos petits enfants. Les erreurs de l’humanité s’étalent sur des siècles en terme d’écologie et maintenant c’est à la mode parce qu’on rentre dans une période critique mais la verité c’est que les gens s’en tapent, c’est un effet de mode. Moi je dis mes petits enfants j’m’en fout, ils seront debrouillards, ils deviendront carnivore, auront trois yeux et boufferont ceux qui parlent trop. Moi je dis à bas l’homme et vive les animaux, laissons une planète propre mais pour les animaux, les êtres humains on s’en tape. »

    Disons que conserver les animaux pour les conserver, pour remettre la Terre dans l’état où elle était quand on est arrivés, c’est déjà plus possible. On a déjà exterminé des centaines d’espèces macroscopiques et sans doute des dizaines de milliers d’espèces microscopiques. D’ailleurs une étude scientifique a montré que le rythme actuel d’extinction est plusieurs fois plus rapide que le rythme constaté lors des précédents extinctions massives. On a déclenché une extinction massive (comme celle qui à fait disparaitre les dinosaures). De plus, l’attention du grand public se concentre sur les grands mammifères (ours polaires, tigres, etc…). Ils sont certes très importants, mais y’a pas qu’eux. Y’a des pléthores d’espèces d’arthropodes qui disparaissent chaque jour. Ca tout le monde s’en fout.
    Bref, vouloir conserver pour conserver, ça n’a pas de sens. En revanche, le monde vivant est une immense source de diversité génétique, une immense réserve de solutions (pour voler ou nager par exemple) que l’homme recommence à entrevoir. Conserver pour s’inspirer, ça c’est une raison valable. M’enfin, on sort du cadre du sujet.

    *** »Bref sur ce soupçon d’écologie je concluerai sur un grand bravo pour l’article qui a le mérite d’être clair et pour le moins complet. »

    Clair, je l’espère. Complet, j’en doute fortement. Le plus grand reproche que je me fait sur ce blog c’est l’absence de références qui permettrait d’étayer mes dires. Vous devez me faire confiance quand je dis un truc. Or, je suis loin d’être une autorité dans quelque domaine que ce soit…

    En tous cas, j’espère que cet article éclaire la lanterne de quelques internautes.

    Commentaire par ginklpios — samedi 15 novembre 2008 @ 12:42 | Réponse

  3. I’m gone to convey my little brother, that he should also visit this weblog on regular basis to take updated from hottest news.

    Commentaire par Cierra — mardi 19 mars 2013 @ 12:41 | Réponse

  4. I get pleasure from, cause I found exactly what I
    was having a look for. You have ended my 4 day lengthy hunt!
    God Bless you man. Have a nice day. Bye

    Commentaire par emorroidi Foto Interne — lundi 22 avril 2013 @ 11:00 | Réponse

  5. Hello! I understand this is sort of off-topic but I needed
    to ask. Does managing a well-established website like yours
    require a massive amount work? I’m completely new to blogging however I do write in my journal everyday. I’d
    like to start a blog so I will be able to share my experience and
    feelings online. Please let me know if you have any ideas or tips for new aspiring blog owners.
    Thankyou!

    Commentaire par ejaculation training — mardi 23 avril 2013 @ 8:05 | Réponse


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :